Pourquoi tu dois devenir le prochain Premier Ministre

Salut à toi peuple d’Anosibe, toi qui as vécu dans la brousse lointaine du Menabe, ne connaissant rien du monde du travail sauf SIRANALA et les fonctionnaires. Toi qui t’es dit durant toute ton enfance que tu deviendrais soit un fonctionnaire dans un bureau soit un ouvrier dans une usine. Et que peu importe ton choix tu réussiras à bien vivre avec ta femme et les 6 enfants que tu as prévu d’avoir. Avec les années, les temps changent et malheureusement après avoir passé 5 ans à l’Ecole Normale Supérieure tu n’as pas encore le poste d’enseignant pour lequel tu t’es spécialisé, puisqu’il faut d’abord engager les maitres FRAM avec leurs Licences.

Lire la suite

Publicités

Discours du président de la HAT, Andry Rajoelina à l’ONU (1)

Un petit tour sur le blog de Ndimby j’ai pris une aspirine. Après la lecture de celui-là, vous en prendrez une autre. On parle beaucoup du discours d’Andry Rajoelina à l’ONU . Je me suis demandé pourquoi ne pas aussi faire une analyse de ce discours ? Et bien voici le résultat. Disons la version 1.

La première étape d’une analyse de discours est de faire l’inventaire des éléments linguistiques. Une liste en somme. À partir de là, on tire une première hypothèse. Voici ce que j’ai trouvé, et voici mes hypothèses à vous de trouver la vôtre.

ça mixe grave !!!!

1388 mots : il y en a suffisamment pour confirmer ma théorie les politiciens parlent, parlent et parlent beaucoup et n’agissent pas.

152 adjectifs (dont 115 qualificatifs) : Franchement pour qualifier quoi ?

118 épithètes : Pour le style, c’est toujours bien de dire « reconnaissance universelle », « moyens pacifiques », même si on ne sait pas trop ce que ça veut dire ou qu’on sait mais on s’emballe les …

53 phrases : une moyenne  de 26.188 mots par phrase. Obligatoirement ce sont des phrases complexes (je suis prêt à offrir une glace à celui qui fera une phrase simple avec 26 mots), comme la situation d’ailleurs.

38 paragraphes (def : Division d’un texte en prose présentant une certaine unité de sens). 53 phrases sur 38 paragraphes ? He !! On est à l’ONU et ce n’est pas un poème.

166 verbes (116 sans auxiliaires) bof ! sans commentaires… (tiens une rime)

            65 % au présent : « bah we je suis à l’ONU c’est ça mon présent, la classe, t’as déjà vu David Guetta ou Bob Synclar à L’ONU ? … »

            30 % au passé : « Si j’avais plus de 70 ans, j’en parlerais beaucoup… »

            Et 4 % au futur : « Je ne prévois pas d’avenir pour Madagascar, alors pourquoi j’en parlerais. »

81 conjonctions

             57 de coordinations : il faut unir Abus et pouvoir, crise et famine, mort et violence… c’est pour ça qu’il y en a beaucoup

Lire la suite

Petite introduction à la Programmation Neuro-Linguistique

Moi j’aime bien lire, et surtout les ouvrages qui ont des rapports avec la communication. Et dernièrement, je suis tombé sur des articles qui traitent justement un autre genre dans la communication. N’étant pas dans notre programme Universitaires, trouver des livres traitant de ce sujet fut un peu difficile. Mais j’ai quand même réussi à en trouver. Le sujet en question s‘appelle : PNL ou Programmation Neuro-Linguistique, en anglais NLP, Neuro-Linguistic Programming. (Non chers geeks, il ne s’agit de balancer des codes sources dans le cerveau, même si c’est un peu le principe :p)

La PNL est, comme le dit l’auteur de l’ouvrage, « de la psychologie appliquée ». Alors pourquoi est ce que j’en parle dans un blog de linguistique ? Et bien d’abord ce n’est pas un blog uniquement centré sur la linguistique, mais un blog de passionné de linguistique. Et puis la PNL s’applique à la communication, voila pourquoi il nous intéresse. Les possibilités qu’elle offre dans l’amélioration de la communication sont conséquentes, alors pourquoi s’en privé ?

La rencontre entre Richard Bandler, psychologue, et John Grinder, linguiste, en 1972, à l’Université de Santa Cruz, Californie, qui a donné naissance à la PNL. Ils ont mis en commun leurs savoirs et leurs expériences. Ils travaillent sur l’excellence de la communication et explorent différents types de situation pour repérer leurs caractères communs. Pour les fondateurs de la PNL, l’excellence se mesure en fonction du résultat obtenu. Même si la PNL vient de la combinaison de la linguistique et de la psychologie, elle est majoritairement psychologique.

un cerveau pour changer

En effet « Le terme programmation fait référence à la comparaison entre l’ordinateur et le cerveau qui crée et applique des « programmes » de comportements. Ce terme désigne les processus dynamiques de perception Lire la suite

le « je » subjectif

« La «subjectivité» dont nous traitons ici est la capacité du locuteur à se poser comme «sujet». Elle se définit, non par le sentiment que chacun éprouve d’être lui-même (ce sentiment, dans la mesure où l’on peut en faire état, n’est qu’un reflet), mais comme l’unité psychique qui transcende la totalité des expériences vécues qu’elle assemble, et qui assure la permanence de la conscience. Or nous tenons que cette «subjectivité», qu’on la pose en phénoménologie ou en psychologie, comme on voudra, n’est que l’émergence dans l’être d’une propriété fondamentale du langage.*». Cet extrait d’Emile BENVENISTE, vous l’avez surement compris, nous allons parler du « je » dans la langue française. Lire la suite