Le signe linguistique

Occupons-nous un peu du jargon utilisé dans ce blog, car ce serait stupide de répéter à chaque fois l’explication d’une terminologie. Bien, alors commençons par le « commencement ».

Le signe linguistique

Le signe linguistique est une représentation mentale comportant deux faces : le signifiant et le signifié. Le signifiant est la représentation mentale du son sur sa forme et son aspect. Le signifié est la représentation mentale du concept. « Le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique. […] Nous appelons signe la combinaison du concept et de l’image acoustique : mais dans l’usage courant ce terme désigne généralement l’image acoustique seule …»*

Le signifié

Le signifié désigne le concept, c’est-à-dire la représentation mentale d’une chose. Elle fut mis en place par Saussure pour éradiqué une idée reçue, comme quoi une langue c’est une liste de mots reliés à des représentations (des définitions pour faire simple). Contrairement à la représentation du dictionnaire, reliant un mot à une définition ou à une image. Le signifié relie un mot ou plusieurs à une idée, à un concept. Si nous prenons l’exemple du malgache, Alika ou Amboa revoie toujours à un seul et unique concept ou signifié: le Chien.

Le signifié conduit à une correspondance des langues. Et dans cette correspondance des langues parallèle du signifié, on doit aussi la notion de signification et de valeur, par exemple Kary et Saka ont le même sens : Chat, mais pas la même valeur. Comme While et For (pour les geeks :p) qui sont tout 2 le même sens : boucle, mais pas la même valeur. Pour un Malagasy Saka désigne un simple chat, et Kary un gros chat sauvage (relié à tord à la sorcellerie). Et il en va de même pour While ou for, un « non-programmeur » les utiliseraient lorsqu’il aura à faire à des boucles, et ne fera surement pas la différence.

signifiant/signifié

Le signifiant

Le signifiant désigne l’image acoustique d’un mot. Sa valeur découle des différences avec les autres signifiants et non par la sa sonorité en elle-même. Pour illustré ce que je dis : un exemple un peu tiré par les cheveux. Dans certains quartiers d’Antananarivo on a tendance à prononcé le [ u ] en [ i ], on a ainsi [ ji ] au lieu de [ jus ]. Seul [ i ] ou [ u ] n’a aucune valeur, ce son de simples voyelles. Et c’est grâce au [ j ] que ces éléments ont un sens. Pour élargir un peu plus l’explication, en Malagasy le couple [ ji ] et [ jus ] n’a aucune valeur car on ne peut pas opposé [ i ] à [ u ] puisque [ u ] n’existe pas en malagasy. Contrairement au couple [moLa] et [moRa] qui peut être mis en opposition.

« Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l’association d’un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire …. Le mot arbitraire appelle aussi une remarque. Il ne doit pas donner l’idée que le signifiant dépend du libre choix du sujet parlant […] ; nous voulons dire qu’il est immotivé, c’est-à-dire arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n’a aucune attache naturelle dans la réalité…. Le signe linguistique tire sa valeur des éléments qui l’entourent » *

*Ferdinand de SAUSSURE, in Cours de Linguistique Générale.

Publicités

2 réflexions sur “Le signe linguistique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s